Sélectionner une page

1er maître Delphine : la première femme à la tête d’un sémaphore


1er maître Delphine : la première femme à la tête d’un sémaphore

Surveiller, prévenir, sauver… Les yeux constamment rivés sur la mer et le rivage, Le Premier maître Delphine est la première femme, en France, chef de poste dans un sémaphore. Depuis le 17 avril 2017, elle dirige une équipe de 9 personnes (dont 4 femmes) à Gatteville, près de Barfleur dans le Nord Est Cotentin (Manche).

Delphine débute sa carrière dans la marine en 1998. Elle qui rêvait d’un poste embarqué, elle se retrouve affectée à terre, au sémaphore de Saint-Quay-Portrieux (Côtes d’Armor). Au sein d’une équipe dynamique, elle découvre sa nouvelle vocation et se passionne pour le métier de guetteur. Les yeux toujours à l’affût, elle surveille, identifie chaque évènement, et prévient un éventuel accident, sur l’eau, dans les airs ou sur la côte.

« Depuis que je travaille dans ce métier, je n’ai jamais eu aussi peur de la mer… aujourd’hui, j’ai conscience de la rapidité à laquelle un accident peut arriver. Je l’aime toujours autant, je pratique tout un tas d’activités, mais je ne la vois plus du tout de la même façon »

Le guetteur surveille, contrôle le trafic maritime de sa zone et fait le lien avec les services de sauvetage sur les côtes. Il y a un an, le Premier maître Delphine devient chef de poste au sémaphore de Barfleur. Pour elle, être une femme dans ce monde essentiellement masculin, ne lui a pas posé de problème :

« Nous avons des hommes sous nos ordres, certains hommes peuvent avoir du mal à avoir une femme comme chef mais c’est dans n’importe quel métier. Il faut savoir se faire respecter… pour moi, tout s’est bien passé. » Son conseil ? « L’essentiel est d’y croire, de se donner les moyens, et travailler. »

Aujourd’hui, le Premier maître Delphine est fière de pouvoir être un modèle et de démontrer aux générations qui arrivent qu’une femme peut tout à fait obtenir le poste qu’elle souhaite.

 

Musiques :

  • HolFix – An unexpected surprise
  • Denial – Irene Bolis