article
Dernièrement en Normandie

Un parc pour comprendre les origines de la Normandie

Un parc pour comprendre les origines de la Normandie

Depuis le 28 avril, le Parc historique Ornavik a rouvert ses portes au public à Hérouville-Saint-Clair dans le Calvados. Rencontre avec Pascale Crochemore, vice-présidente de l’association Les Vikings an 911.

Comment est né ce parc ?

C’est le projet de l’association Les Vikings an 911, créée en 2009 par Christian Sébire, Président fondateur. L’objectif est de raconter la fabuleuse histoire de la naissance de la Normandie, qui commence avec Rollon, le chef viking, connu également sous le nom de Rholf le Marcheur. On part donc de la signature du traité de Saint-clair-sur-Epte en 911, entre Rollon, premier Jarl (chef de guerre) de Normandie et le roi de l’époque, Charles le Simple, qui met fin aux invasions vikings. On s’arrête en 1066, lorsque Guillaume le Conquérant, descendant de Rollon, part à la conquête de l’Angleterre. La Normandie s’est ensuite agrandie comme on la connaît aujourd’hui, réunifiée et avec ces mêmes frontières.

Pourquoi raconter cette histoire ?

Dans le Calvados, on parle beaucoup des plages du Débarquement et un peu de Guillaume le Conquérant : l’origine du parc est vraiment de raconter toute l’origine de la Normandie, de 911 à 1066, d’autant plus que le duché de Normandie dans cette période était très puissant. On le sait peu et c’est pour cela que l’on veut le mettre en avant.

Qu’est-ce-que vous y proposez ?

Nous avons un parc de 10 hectares près du château de Beauregard à Hérouville-Saint-Clair, sur lequel nous avons aménagé trois espaces. Le premier est la reconstitution d’un village carolingien. Nous sommes un vrai parc historique : nous sommes accompagnés par un conseil scientifique composé d’archéologues et d’historiens qui nous valident les carnets de construction. Nous reconstituons ainsi des fermes à l’identique d’après des rapports de fouilles de Saint-Martin de Trainecourt, près de Mondeville et de Vieux-la-Romaine.

Ensuite, on traverse la forêt pour déboucher sur un espace scandinave avec un campement d’artisans et des habitats nordiques – maisons en bois et toits végétalisés – pour transmettre la culture Viking. On y découvre tous les artisanats de l’époque : la forge, le tissage, le filage, la sculpture, la cuisine…

Le 3ème espace est dédié à la Motte castrale. C’est le moment où Guillaume le Conquérant est parti à la conquête de l’Angleterre : c’est une grande motte de terre surmontée d’une tour de guet et qui surplombe une basse-cour. C’est un élément de défense qui servait également aux seigneurs pour affirmer leur pouvoir. Il y en avait beaucoup à l’époque de Guillaume, mais aussi dans le sud de l’Angleterre.

Comment cela fonctionne ?

Le projet se développe grâce à toute une équipe de bénévoles. Nous sommes plus d’une centaine. Nous avons également des chantiers d’insertion qui interviennent. C’est une aventure humaine et collective. Notre souhait, c’est que les Normands s’emparent du projet. Nous avons également une équipe de volontaires en service civique. J’en profite d’ailleurs pour lancer un appel : nous sommes en cours de recrutement… Cela peut être sur le thème de la médiation culturelle, la communication, l’environnement, l’entretien des jardins, les cultures, les animaux...

Quand peut-on visiter le parc ?

Le parc est ouvert de mai à septembre. Mais les bénévoles sont sur le site toute l’année et contribuent au développement du parc : ils travaillent sur les constructions historiques, l’aménagement des salles pour accueillir des groupes scolaires et optimiser l’accueil du public … C’est important d’apporter un meilleur confort à nos visiteurs. Et il n’y a pas de lassitude : l’originalité, c’est que le parc évolue vraiment chaque année.

Quelles sont les nouveautés ?

Nous en avons deux cette année : nous retrouvons les ateliers des bâtisseurs autour du chantier de l’église que nous allons construire sur le village carolingien. C’est vraiment vivant. On vient de valider le carnet de construction avec les scientifiques. Sur l’espace scandinave, devant le public, on va également commencer la construction d’un hangar à bateaux.

Et pour la suite ?

Jusqu’en 2017, le projet était porté en grande partie par des entreprises mécènes que nous remercions vivement. Le parc a déjà bien évolué depuis 2011. Cette année est le début d’une nouvelle étape où nous allons développer nos constructions historiques et réaliser pour 2021 un centre d’interprétation viking avec le soutien des collectivités. Nous en sommes ravis, c’est vraiment une belle histoire !


Pour en savoir plus : http://www.ornavik.fr


Recevez notre newsletter

Et restez informé des actualités de Normandie Attractivité par email !

Conformément aux articles 39 et 40 de la loi "informatique et libertés" du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d'un droit d'accès, de rectification ou d’opposition aux informations qui vous concernent que vous pouvez exercer auprès du Correspondant Informatique et Libertés de la Région Normandie : cil@normandie.fr

S'inscrire