article
Dernièrement en Normandie

L’anatomie s’explore « grandeur nature » à la BU santé de Caen

L’anatomie s’explore « grandeur nature » à la BU santé de Caen

Cette rentrée 2018, les étudiants de l’UFR Santé de l’Université Caen Normandie auront pour la première fois la possibilité d’explorer l’anatomie humaine en 3D sur une table géante tactile. Acquis par le Pôle des Formations et de Recherche en Santé (PFRS), cet outil innovant, élaboré par une société normande, est situé au cœur de la Bibliothèque Universitaire Madeleine-Brès. Décryptage.

A l’origine, un logiciel

Déjà très concerné par l’intérêt des outils numériques dans la pédagogie, le Pôle des Formations et de Recherche en Santé a mis à disposition de ses étudiants et professeurs en janvier 2017 un logiciel d’anatomie 3D, Visible Body, aux contenus enrichis. Cet atlas de l’anatomie humaine, jusque-là téléchargeable en application sur tablette ou accessible directement sur internet, explore désormais tous les possibles grâce à l’acquisition d’une grande table numérique tactile, installée dans l’une des salles de la bibliothèque universitaire. 

L’idée était d’en faire une véritable table d’anatomie grâce au plan horizontal et ainsi faciliter l’exploration, comme en dissection 

L’association de Visible Body et de l’interface tactile a nécessité quelques petits ajustements de la part du développeur américain qui a vu pour la première fois son logiciel intégré à un tel équipement. « L’avantage, c’est qu’au contraire des tables numériques d’anatomie, elle n’est pas figée sur un seul logiciel. Comme une tablette, elle offre un accès à internet et aux ressources numériques de l’établissement » souligne le Professeur Emmanuel Touzé, Doyen de l’UFR Santé, à l’origine du projet.

Des premières années aux internes

Si elle ne sera inaugurée officiellement que dans quelques semaines, la table numérique est déjà opérationnelle et n’attend plus que les étudiants et leurs professeurs. « Elle sera effective dès cette rentrée et pourrait concerner plus de 5000 étudiants. Tout le monde n’en aura pas les mêmes usages, mais l’anatomie est un passage obligatoire dans les études de santé, et son usage pédagogique s’ouvrira aussi bien aux premières années qu’aux internes » précise Emmanuel Touzé. Sous la tutelle indispensable d’un enseignant, les étudiants en petits groupes auront ainsi accès aux multiples contenus presque grandeur nature pour explorer l’anatomie humaine.

La 3D offre une vraie complémentarité pour comprendre les rapports entre les différents organes, les vaisseaux, les nerfs… c’est un outil que l’on aurait tous aimé avoir en cours d’anatomie ! 

Agrandir, dézoomer, faire pivoter, sélectionner, explorer, « déshabiller » … le tout, par simple effleurement ! « Le logiciel propose des découpages par régions, systèmes, micro-anatomie et actions des muscles, mais aussi par coupes que l’on peut comparer avec l’IRM et l’image post-mortem, très utiles dans l’apprentissage de l’imagerie » poursuit le doyen. L’exploration sous tous les angles par pivotement simplifié permet ainsi aux étudiants d’aller au cœur des organes et d’être mis en situation, « comme s’ils avaient un corps ou un patient en face d’eux ». Quiz, vidéos, animations, informations détaillées et pathologies associées servent à compléter les objectifs pédagogiques.

Itekube, société normande reconnue

Cette première à Caen est le fruit d’une rencontre au Dôme, entre le Doyen de l’UFR Santé et la société normande Itekube. Créée il y a 7 ans à Caen par deux frères, Julien et David Ulrich, Itekube imagine et fabrique des interfaces tactiles hommes machines très performantes. « Notre vision, c’est d’aider les individus à mieux interagir avec de l’information complexe » explique Julien Ulrich. Grâce, notamment, à la puissance de calcul de l’informatique placée dans leurs machines et leur ergonomie d’utilisation, la société normande a acquis son statut d’acteur très particulier du marché des tables tactiles et vend ses services à travers le monde. « Nous équipons principalement de gros acteurs industriels et du BTP, mais nous avons aussi des clients dans l’immobilier et l’urbanisme, qui utilisent de plus en plus la modélisation 3D. »

Nos machines sont conçues pour faire tourner des logiciels qui nécessitent de grosses puissances de calcul : plus d’une centaine sont en opération dans le monde 

La société normande et ses 7 salariés, a déjà tout d’une grande : son expertise lui permet en septembre d’intégrer le marché américain. « Outre Caen et Paris, nous allons ouvrir un bureau à New-York pour mettre en avant nos machines destinées aux chantiers du BTP, qui résistent aussi bien à l’été au Maroc qu’à l’hiver polonais et qui sont typiquement représentatives de notre savoir-faire » se réjouit Julien Ulrich. Airbus, Bouygues, Dassault Systemes, Vinci, Microsoft…et désormais, le PFRS de Caen ! « On pressentait ce type de besoin. Fort de cette première réussite, nous allons également axer notre développement dans le domaine de la formation et de la santé. »

ITEKUBE, le plus : 

En parallèle des interfaces tactiles, Itekube développe depuis quelques années une activité informatique de pointe. En partenariat avec deux chercheurs normands spécialistes des problématiques d’intelligence artificielle et de reconnaissance d’image - Luc Brun à l’Ensicaen et Stéphane Canu à l’INSA Rouen - la société caennaise a ouvert un laboratoire commun, dénommé IGIL : Intuitive Gesture Interface Lab. Leur idée ? Améliorer l’interaction entre information complexe, type modèle 3D, et les grandes surfaces tactiles. « On a confirmé notre intuition que les nouveaux algorithmes d’IA étaient très adaptés à nos problématiques de reconnaissance de gestes, on recrute des chercheurs actuellement pour faire monter cette activité en compétences et en volume. »

Bon à savoir :

  • La table tactile représente presque 5 fois moins en investissement qu’une table d’anatomie numérique, c’est-à-dire uniquement dédiée au sujet
  • La Bibliothèque Universitaire de Santé où est située la nouvelle table tactile, a été baptisée BU Madeleine-Brès en décembre dernier, du nom de la première femme française docteur en médecine, en 1875
  • Elle accueille en moyenne 3000 étudiants par jour, avec 95% de taux d’occupation, de septembre à avril
  • A noter que la BU Madeleine Brès a été la première bibliothèque universitaire à se doter d'Affluences, une application innovante qui permet notamment aux étudiants de connaître le taux d'occupation et les prévisions pour la journée en temps réel ou encore de réserver une salle ou un atelier en ligne. De quoi de préparer sereinement les séances de travail...


Recevez notre newsletter

Et restez informé des actualités de Normandie Attractivité par email !

Conformément aux articles 39 et 40 de la loi "informatique et libertés" du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d'un droit d'accès, de rectification ou d’opposition aux informations qui vous concernent que vous pouvez exercer auprès du Correspondant Informatique et Libertés de la Région Normandie : cil@normandie.fr

S'inscrire