article-success-stories
Success Stories

« Si nous voulons bâtir le meilleur, il faut avoir la mémoire du pire. Là aussi, la Normandie porte un message et une symbolique très forte. »

« Si nous voulons bâtir le meilleur, il faut avoir la mémoire du pire. Là aussi, la Normandie porte un message et une symbolique très forte. »

© CClaudeCruells

Membre du Comité Scientifique et Stratégique de Normandie pour la Paix, la journaliste Frédérique Bedos, fondatrice de L'ONG d'information Le Projet Imagine, est intervenue les 7 et 8 juin à Caen, dans le cadre du Forum mondial. Rencontre. 

Quel est votre rapport à la Normandie ?

Je suis née à Mont Saint Aignan, tout près de Rouen et ma maman biologique – j’ai deux mamans, une maman adoptive et une maman biologique – est d’Elbeuf. Elle tenait absolument à accoucher en Normandie parce qu’elle se sent vraiment très normande. J’ai donc été élevée au beurre et à la crème !

Selon vous, quels sont ses atouts ?

Je trouve qu’il y a une simplicité, un vrai art de vivre ici. C’est un territoire qui bénéficie également de sacrées compétences, de gens qui sont très volontaires, qui aiment leur région et qui savent en parler partout dans le monde. J’ai eu l’occasion de le constater à de multiples reprises, notamment aux Etats-Unis où le bureau régional est très actif. Et quand je vois le succès du Forum Mondial pour la Paix 2018 sur lequel j’ai eu la chance de travailler pendant plus d’un an, j’ai pu constater que les personnes sont très engagées et compétentes. Il n’y pas de mystère : pour qu’un Forum de cette envergure puisse s’organiser, il faut énormément de belles compétences.

Pourquoi avoir participé à ce Forum mondial ?

J’ai créé une ONG d’information, qui s’appelle Le Projet Imagine. Elle a pour but d’unifier les peuples et les citoyens afin qu’ils agissent pour fonder un monde plus juste, un monde durable et donc un monde de paix. C’est la raison pour laquelle on a fait appel à moi pour intégrer ce conseil scientifique et stratégique. C’est un véritable honneur ! Pour moi, le véritable enjeu, c’est la cohésion sociale : cette guerre de la terreur qui naît un peu partout puise sa source d’un manque de reconnaissance d’une partie de la population. Et tant qu’il n’y aura pas cette reconnaissance, nous ne pourrons pas bâtir un monde en paix. Comme l’a dit très justement Bertrand Badie, c’est un traitement social que l’on doit adresser à ces nouvelles conflictualités et c’est ce que j’essaie de faire avec Le Projet Imagine. Le Forum mondial Normandie pour la Paix, c’est aussi le lieu du D-Day, des plages du Débarquement : nous avons ce devoir de mémoire parce que nous ne pouvons pas bâtir un monde meilleur si nous avons complètement oublié tout ce qui nous a emmenés vers le pire. Si nous voulons bâtir le meilleur, il faut avoir la mémoire du pire. Là aussi, la Normandie porte un message et une symbolique très forte.

© CSophieCarre

Le Projet Imagine, c’est quoi ?

C’est une ONG d’information dont le but est d’inspirer pour agir. Mon pari, en tant que journaliste, est d’utiliser la puissance de frappe des médias pour diffuser à grande échelle des messages d’espérance et qui donnent envie d’agir. On fait des films, des grands documentaires qui dressent les portraits de héros humbles du monde entier : des hommes et des femmes qui font des choses exceptionnelles au service d’un monde meilleur. Ils nous inspirent et nous montrent dans un effet miroir, que ce n’est jamais trop tard et que tout est toujours possible. Si l’on rêve d’un monde meilleur, c’est à nous de le bâtir, parce que le monde, c’est nous ! Nous faisons aussi de grands documentaires sur des sujets de société afin que les citoyens deviennent des citoyens éclairés : plus ils auront des clés de compréhension du monde, plus ils pourront agir. 

D’où est venue l’idée de fonder cette ONG ?

C’est le puzzle de ma vie : je suis journaliste depuis une vingtaine d’années, je suis une femme de l’image et j’ai eu une enfance un peu particulière : j’ai eu la chance d’être élevée par un couple formidable du nord de la France, qui ont adopté une vingtaine d’enfants du monde entier, considérés comme « inadoptables », c’est-à-dire dont personne ne voulait. Quand on a eu la chance de vivre une expérience de vie comme celle-là, ça laisse des traces. C’est là que je me suis dit que des gens comme mes parents sont des héros de l’ombre, dont personne ne parle. Des héros humbles qui ne font pas ça pour la gloire. C’est comme cela que j’ai eu l’idée de mettre en lumière tous ces héros de l’ombre qui sont tellement plus nombreux qu’on ne l’imagine et qui sont une source d’inspiration formidable. 

Plus d’infos sur Le Projet Imagine : http://www.leprojetimagine.com/

Recevez notre newsletter

Et restez informé des actualités de Normandie Attractivité par email !

Conformément aux articles 39 et 40 de la loi "informatique et libertés" du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d'un droit d'accès, de rectification ou d’opposition aux informations qui vous concernent que vous pouvez exercer auprès du Correspondant Informatique et Libertés de la Région Normandie : cil@normandie.fr

S'inscrire