Sélectionner une page

La curiosité comme ouverture au monde


La curiosité comme ouverture au monde

« Qu’est-ce-que tu as préféré manger ? » « Quelle coutume/tradition t’as le plus marquée ? » « Quels animaux as-tu vus ? » « As-tu eu peur de l’avion ? » « Est-ce que tu parles l’indien/le cambodgien ? » « Est-ce que les Normands que tu as rencontrés vont revenir en France ? » « Pourquoi sont-ils partis vivre ailleurs ? » « Quelle saison c’était en Australie/Nouvelle-Zélande ? », « Quelle température faisait-il en Inde ? » ou encore « Est-ce que tu as mangé des insectes ? »…

Voici quelques questions que Solène a pu entendre lors sa visite la semaine dernière, à l’école Castle Donington de Gasny, dans l’Eure. L’objectif ? Faire un bilan de son périple en Océanie et Asie du sud-est aux 90 élèves qui ont suivi son parcours dans le cadre du partenariat entre l’opération Normands autour du Monde et le rectorat. Rencontre avec Guillaume Gérard, enseignant en classe de CM1 à l’école de Gasny.

Quelles classes ont suivi le périple de Solène et comment ?

C’est la conseillère pédagogique de la circonscription qui a choisi notre école pour participer au projet. Nous étions intéressés, Mme Thomas-Gaboardi (CM1) et moi avant l’été, et à la rentrée, nous avons embarqué Mme Malfait (CE2-CM1) et Mme Van Poucke (CE1) dans l’aventure.

Qu’est-ce qui vous a conduit à participer à Normands autour du Monde ?

Nous souhaitions que nos élèves entendent parler de tous ces pays assez lointains, qu’ils aient l’opportunité d’échanger avec quelqu’un en direct dans ces pays, qu’ils puissent découvrir les différentes cultures, les différentes langues… Et tout ce que cela peut leur apporter en termes d’ouverture culturelle.

« Je suis touchée qu’ils soient autant motivés par le projet, qu’ils aient vraiment pris à cœur l’aventure, qui a fait partie de leur quotidien et qui va faire l’objet de leur spectacle de fin d’année. » Solène

Comment avez-vous abordé le projet avec vos élèves ?

Malheureusement, Solène n’a pas eu le temps de nous rendre visite avant son départ, mais nous avons diffusé aux classes la vidéo qu’elle avait préparée, dans laquelle elle se présentait. Nous avons ensuite montré sur la carte les différentes étapes de son parcours – New Delhi, Phnom Penh, Singapour, Brisbane et Auckland – et nous nous sommes organisés entre nous pour faire des Skypes dans les différents pays.

Qu’avez-vous travaillé avec les enfants ?

Chaque classe a préparé plus particulièrement une étape, puisque nous nous sommes organisés autour des vidéoconférences. L’idée était de préparer des questions, que l’on envoyait parfois en avance, ou que l’on posait en direct. La classe de Mme Thomas-Gaboardi a plus travaillé sur l’Inde, la mienne, sur le Cambodge, celle de Mme Malfait s’est concentrée sur Singapour et Mme Van Poucke a fait travailler les élèves sur l’Australie et la Nouvelle-Zélande.

On a beaucoup suivi le blog dans les classes, pendant les trois semaines, notamment les étapes de Solène : les photos, les vidéos…

Les élèves de Mme Thomas-Gaboardi ont réalisé des dessins du Taj Mahal. Ils ont aussi dessiné des paons, qui est l’animal emblème de l’Inde. Et Mme Malfait a fait des éléphants décorés.

« Ils avaient affiché mes cartes postales sur le tableau dans leur classe, et veulent faire un roulement pour emmener un weekend chacun les peluches (kiwi et singe) que j’ai ramenées. C’est tellement mignon. »

Quelles matières sont impactées par le périple tout au long de l’année ?

L’art visuel, la danse, la géographie et la lecture… Par exemple, Mme Van Poucke a préparé des textes documentaires sur les animaux d’Australie, Mme Malfait va faire un conte asiatique, et Mme Thomas-Gaboardi a contacté la médiathèque afin de travailler des contes des différents pays. Nous allons travailler toute l’année sur ces pays-là, particulièrement sur le Taj Mahal, en arts visuels… Par exemple, nous allons répéter différentes danses liées aux pays travaillés pour le spectacle de fin d’année : le haka de Nouvelle-Zélande, une danse indienne un peu Bollywood… Pour continuer sur cette idée, nous pensons également faire un pique-nique pour la paix le vendredi 10 juin, qui pourra être l’occasion de faire un Skype avec Solène.

Qu’est-ce qui a le plus retenu l’intérêt des élèves ?

En primaire, ce sont surtout les animaux et la nourriture qui les a particulièrement intéressés. Certains ont également manifesté une vraie curiosité pour les véhicules, surtout en Asie du sud-est, et notamment les tuk-tuk qui les ont beaucoup intrigués. Les photos de singes dans la rue, leur ont également beaucoup plu.

« À mon arrivée, j’ai cru que j’étais devenue une star pendant la nuit, des dizaines d’enfants se sont jetés sur moi en criant “C’EST SOLEEEEEEEEENE” “JE PEUX TE FAIRE UN CALIN” “T’es encore plus belle en vraie” » Solène

Comment s’est passée la première rencontre avec les classes, au retour de Solène ?

Dans l’école, beaucoup d’élèves l’attendaient parce qu’ils savaient qu’elle avait été autour du monde, elle était un peu attendue comme une rock star (rires). En tout cas, c’est l’effet que cela lui a fait quand elle est arrivée dans l’école. Au lycée ou au collège, ils sont plus grands et un peu plus blasés. Mais là, en primaire, il y a un vrai engouement. Elle nous a ramené des petits cadeaux, notamment deux petites peluches, qui vont tourner dans les classes.

Revivez le voyage ! Retrouvez tous les contenus de nos 5 voyageurs autour du Monde pour les enfants, sur le blog https://www.normandsautourdumonde.fr/ , dans la rubrique, « Voyageurs de demain »