Sélectionner une page

LA TINY HOUSE : un chez-soi mobile et écolo


LA TINY HOUSE : un chez-soi mobile et écolo

Lauréats régionaux du Prix Stars et Métiers organisé en Normandie par les CMA (chambres de métiers et de l’artisanat) et les Banques Populaires, Bruno Thiery et Michaël Desloges sont les premiers constructeurs de la Tiny House en France : une vraie maison à ossature bois, fermement ancrée sur une remorque adaptée au gabarit routier et entièrement construite en matériaux écologiques. En lice pour le prix national, portrait d’une initiative engagée…et durable !

Un concept original

Dans la campagne de Poilley, dans le sud Manche, près d’Avranches, on s’affaire dans la bonne humeur. Ici et là, des petites maisons – 10 à 15m2 de surface au sol, et 1 ou 2 mezzanines de 5 à 7m2 – accueillent l’essentiel d’un foyer, confort compris. Depuis 2015, Bruno et Michaël construisent et commercialisent des Tiny Houses – traduire micromaisons sur roues – pour des clients français et européens. L’histoire ? Tout est parti – comme bien souvent – d’une belle rencontre. Celle de Bruno, charpentier de profession, avec Yvan Saint-Jours, journaliste. « C’était en 2008 : Yvan, qui avait créé le magazine La Maison Ecologique, avait découvert le concept de Tiny House aux Etats-Unis… trois ou quatre ans plus tard, il a eu envie de s’en faire deux pour lui et ses enfants. Il a monté son projet tout seul et a fait appel à Bruno, qui avait son entreprise de charpente, pour la réalisation » explique Michaël.

Ce n’était qu’un amusement à l’époque, mais on s’est pris au jeu

Au printemps 2013, la 1ère Tiny est sur pied. Michaël, alors paysan-boulanger bio, vient prêter main-forte à son ami de longue date. « En août 2013, la 2ème était construite. Ce n’était qu’un amusement à l’époque, mais on s’est pris au jeu. » En dehors de leurs activités professionnelles respectives, les deux compères décident de se construire la leur. « On a fait des salons pour la présenter : après l’été 2014, les premières commandes sont arrivées. » Et avec elles, un succès sans cesse renouvelé. En 2015, presse et médias, régionaux comme nationaux, s’emparent du sujet. Ouest-France, Carnets de voyage sur France Inter, puis Télématin sur France 2, Arte, TF1… « Ils ont été des vecteurs exceptionnels pour nous faire connaître » reconnaît Bruno. « Le soir du reportage dans Capital, sur M6, nous avons reçu 1000 mails, et 1500 sur la semaine » se souvient Michaël.

Plusieurs motivations, toujours un choix

Ce nouvel habitat, petit et roulant, se distingue notamment du caractère précaire de ses cousins les mobil homes et autres roulottes, par le confort de l’aménagement et la facilité de transport : la Tiny House est disposée sur une remorque au gabarit routier, se tracte simplement avec une camionnette et ne nécessite pas de permis particulier. « C’est un nouveau moyen de se loger, qui s’adresse aussi bien aux personnes seules, aux couples, qu’aux familles. C’est un habitat noble, parce que choisi » estime Bruno. Le plus ? Les Tiny Houses des deux Normands sont toutes différentes : « on fait du sur-mesure. On s’adapte aux besoins et aux goûts des clients. Aucune Tiny commercialisée ne ressemble à une autre. »

Chacun a sa porte d’entrée mais le volet environnemental est fondamental

Une « Tiny », c’est certes petit, mais les motivations sont légions. Mobilité facilitée, sur-mesure, sentiment de liberté, maîtrise du budget, décroissance économique… « chacun a sa porte d’entrée mais le volet environnemental est fondamental : beaucoup de nos clients veulent réduire leur empreinte écologique, et leurs coûts… ». Vraie maison à ossature bois, la Tiny manchoise est entièrement construite en matériaux écologiques. « Ils viennent du plus proche possible ; il faut que cela reste en cohérence avec les valeurs du développement durable : les matériaux sont de Normandie quand c’est possible et ne dépassent pas les frontières nationales. » Du bois de la forêt de Saint-Sever Calvados aux lambris de Honfleur ou Saint-Malo, en passant par les remorques faites à Valognes ou l’isolant en Vendée… « Ce n’est pas une stratégie » préviennent les deux amis : Bruno dans l’écoconstruction comme Michaël dans l’artisanat bio, ont le côté nature au cœur, durablement.

Une véritable démarche

Au-delà des matériaux, toilettes sèches et bio électricité sont majoritairement de rigueur, et les câbles blindés récupèrent les champs magnétiques pour avoir le moins d’interférences possible avec les cellules du corps. Bien plus qu’une mode, habiter simple en toute liberté, semble une véritable démarche dans l’ère du temps. « Globalement, j’ai l’impression que le Grand Ouest est pionnier dans les nouveaux habitats, et les gens semblent plus attentifs à la nature » note Michaël. En attendant, leurs Tiny ont dépassé les frontières de l’hexagone : Français, Allemands, Suisses, Belges… « on était les premiers chronologiquement, nous sommes les premiers en nombre ». Si des initiatives similaires se sont lancées en France et en Normandie, ici, juste de la fierté et de l’humilité : « cela montre que nous avons eu une bonne idée. »

On était les premiers chronologiquement, nous sommes les premiers en nombre

En mai 2019, Michaël et Bruno fêtent leur 77ème construction. « On en construit deux en moyenne par mois ; entre 20 et 23 par an ». Esthétisme, organisation intérieure – couchages en haut ou en bas – l’entreprise propose plusieurs options et plusieurs tailles pour un budget allant de 50000 à 65000€ et plus selon les goûts. « Parfois, nous ne construisons que l’ossature, en laissant l’intérieur vide, afin que le client bricoleur puisse l’aménager à son goût ». Pour répondre aux nombreuses demandes, l’équipe s’est renforcée – une dizaine de personnes aujourd’hui – afin de réduire le délai d’attente, passé de deux à un an. Visite de ce qui existe, rétroplanning, échanges, aller-retour des propositions de Julie, l’architecte d’intérieur… « chacun aborde sa Tiny comme il le veut. On discute beaucoup pour proposer ce qui colle le mieux au goût des clients et on conçoit au dernier moment. Ce sont d’abord des rencontres » explique Michaël, qui reconnaît dans un sourire que beaucoup d’entre eux sont devenus des copains.

En savoir plus sur La Tiny House : http://www.latinyhouse.com/index.aspx

La Tiny House vous plaît ? Soutenez la candidature de Bruno Thiery et Michaël Desloges en lice pour le prix national Stars et Métiers 2019 (plateforme de vote en ligne ouverte jusqu’au 18 juin) : Starsetmetiers.fr/laureats

Le Prix Stars et Métiers est organisé en Normandie par la CMA Normandie (Chambre des métiers et de l’artisanat), la BRED Normandie et la Banque Populaire Grand Ouest avec le soutien de la CPME Normandie et l’U2P Normandie. Le Prix Stars et Métiers récompense chaque année un lauréat départemental dans chacune des 4 catégories (Grand Prix Entrepreneur, Grand Prix Innovation, Grand Prix Responsable et Grand Prix Exportateur), un lauréat régional dans chacune des 4 catégories dont un lauréat qui portera la candidature de la région au niveau national, et un lauréat Coup de Cœur, et, enfin, un lauréat national.