Sélectionner une page

Prix Liberté : Célébrer ceux qui s’engagent pour la Paix


Prix Liberté : Célébrer ceux qui s’engagent pour la Paix

Rencontre avec Jonas Bochet, directeur de l’Institut international des droits de l’Homme et de la paix, basé à Hérouville-Saint-Clair. L’association, dont l’objectif est de contribuer au développement d’une culture de paix en favorisant la connaissance des droits de l’Homme par tous les citoyens, a piloté la 1ère édition du Prix Liberté, remis le 5 juin dernier dans le cadre du forum mondial Normandie pour la Paix. Retour sur les étapes de cette initiative unique à destination de la jeunesse du monde, et qui a élu Greta Thunberg comme lauréate de cette première édition.

Quel est le principe de ce Prix ?

L’idée est de primer chaque année un lauréat, une lauréate ou une organisation qui se serait particulièrement distinguée dans son combat en faveur de la liberté. A la différence du Prix Nobel, où il faut être coopté pour être candidat par des organisations internationales ou des parlementaires, ce sont les jeunes de 15 à 25 ans qui proposent des candidats à l’équipe d’organisateurs qui sont la Région Normandie, l’2IDHP et les académies. Ce sont les jeunes qui départagent les meilleurs dossiers pour désigner trois finalistes et ce sont également eux qui élisent le lauréat. En outre, le Prix Liberté offre la possibilité aux jeunes de proposer des candidats qui ne sont pas connus. Cela peut très bien être le boulanger qui, tous les soirs, met un stock de baguettes de côté pour aider les personnes les plus vulnérables – migrants, sdf…- comme cela peut être Malala Yousafzai* (n.d.l.r : militante pakistanaise, qui milite pour le droit à l’éducation et résiste aux talibans, et qui a remporté le prix Nobel de la paix en 2014). C’est ça qui fait la singularité de ce prix. 

©Région Normandie

Pourquoi cette initiative ?

La liberté est intimement liée à la Normandie et à son histoire, notamment celle du Débarquement, où nous avons été la première terre libérée d’Europe de l’Ouest. Nous arrivons dans une époque où malheureusement la transmission est de plus en plus compliquée. La Région a donc voulu lancer un dispositif qui permette justement de parler de la Liberté et de transmettre cet idéal porté par les libérateurs en 1944. Cela ne s’adresse pas seulement aux Normands puisque les jeunes de notre région sont presque les plus sensibilisés sur cette question-là. L’idée est qu’ils le transmettent à l’international, qu’à ce niveau, la région soit identifiée comme un phare de la liberté dans le monde.

D’où sa légitimité ?

Exactement. Cette légitimité est acquise sur le thème de la liberté mais aussi sur celui de la jeunesse parce que la Région Normandie s’est beaucoup engagée dans les politiques jeunesse et en particulier dans l’éducation aux Droits de l’Homme, à la mémoire et à la liberté. Un certain nombre de dispositifs existent aussi, assez uniques au niveau national, comme les plaidoiries avec le Mémorial, à Caen ; le Prix Bayeux Calvados des correspondants de guerre, où il y a tout un travail mené à l’intention des jeunes ou encore les programmes d’éducation, comme ceux que l’on mène avec l’Institut : éducation aux Droits de l’Homme, aux objectifs de développement durable… ce sont des programmes qui n’existent pas forcément sur les autres territoires régionaux de France. Cela marque aussi la singularité et l’expertise de la Normandie sur ces questions-là. 

©Région Normandie

Quelles ont été les grandes étapes ?

Le Prix a été lancé en juin dernier. La première étape, c’était la proposition de candidats. Les jeunes pouvaient aller sur le site internet dédié à cet effet prixliberte.normandie.fr  et trouver le formulaire de candidature pour proposer un candidat physique ou une organisation qu’ils souhaitaient voir primés. Il fallait forcément être en groupe pour proposer un candidat : nous considérons que le travail collectif permet d’aller plus loin dans l’argumentation et dans l’échange. Cela pouvait se faire via une classe, une association, entre étudiants ou même deux membres d’une famille qui décidaient en dehors de tout cadre, de postuler. Les organisateurs du Prix souhaitent encourager les jumelages, c’est-à-dire des étudiants ou groupes de jeunes qui postulaient ensemble avec un groupe de jeunes étrangers. La seconde étape était de déterminer les trois finalistes parmi toutes les candidatures reçues. Et la dernière, le vote en ligne, s’adressait aux jeunes du monde entier qui devaient « élire » celui ou celle parmi les finalistes qui représentait pour eux la liberté.

Comment s’est déroulée la sélection des trois finalistes et du lauréat du Prix ?

En février dernier, un jury d’une trentaine de jeunes, toujours âgés de 15 à 25 ans, et originaires de 12 pays, ont déterminé les trois lauréats sur les 113 dossiers. Ces trois finalistes étaient Greta Thunberg, – lycéenne suédoise âgée de 16 ans, pour son combat contre l’inaction des Chefs d’Etats et du manque de prise de conscience concernant l’urgence climatique -,  Raif Badawi, blogueur saoudien âgé de 35 ans, – pour son combat en faveur de l’égalité « homme-femme », la liberté de conscience et d’expression -, et Lu Guang, photojournaliste chinois âgé de 58 ans, pour son combat dénonçant la destruction de l’environnement par le développement industriel et la croissance à tout prix voulue par le gouvernement chinois.

C’est Greta Thunberg qui a été finalement choisie lauréate du Prix Liberté, au terme du vote en ligne, ouvert du 1er au 31 mars 2019, avec 41,67% des voix.

EN BREF

L’initiative Normandie pour la Paix est née de la volonté de la Région de poursuivre le considérable travail de mémoire accompli depuis 1945 en Normandie afin de devenir un laboratoire pour une paix durable. Lors du Forum mondial et tout au long de l’année, des initiatives, des projets labellisés et des rendez-vous mettent en lumière les valeurs de paix et de liberté chères à la Normandie.

Point d’orgue de cette initiative, le Forum mondial Normandie pour la Paix s’est tenu les 4 et 5 juin en amont des commémorations du 75ème anniversaire du Débarquement et de la Bataille de Normandie. Lancement du Manifeste pour la Paix – rédigé et présenté au forum par des Prix Nobel : Mohamed El Baradei, Leymah Gbowee, Denis Mukwege, et Jody Williams, ainsi que des personnalités engagées pour la paix comme Anthony Grayling, philosophe ou Sundeep Waslekar, président de Strategic Foresight Group (SFG) – Évènement final du programme Walk the (Global) Walk réunissant plus de 800 jeunes Normands sensibilisés toute l’année aux objectifs de développement Durable, conférences, rencontres… Cette deuxième édition, dont le thème était “Les Faiseurs de Paix” a proposé de nombreux temps forts, dont la remise du Prix Liberté, à destination du grand public, de la jeunesse et la société civile.